ÉLECTIONS À L'ASSEMBLÉE DE CORSE DES 20 ET 27 JUIN 2021

JEAN-CHARLES ORSUCCI

« Je veux donner aux Corses un toit, un emploi, et la santé »

Notre actualité

Retour sur …

TERRITORIALES 2021

C’est en terre agricole, sur la commune de Linguizzetta, que Jean-Charles Orsucci a choisi de dévoiler la liste « Corse, terre de progrès »

en savoir plus

Ils soutiennent,

Corsica, Terra
di primura et
Jean-Charles
ORSUCCI

Séverin Médori,
maire de Linguirezza
“Il est toujours resté fidèle à ses combats”

François Orlandi,
conseiller de l’Assemblée de Corse
Un homme et un projet social, déterminé, bienveillant et progressiste”

Jean-Sebastien
De Casalta
,
En savoir plus …

Marie Luccioni,
référente La République en Marche
pour la Corse

“Ce n’est pas lui qui change de positionnement. Ce sont les autres !”

Jean Zuccarelli,
du Parti radical
“C’est une liste porteuse d’espoir pour notre île, représentative et respectueuse dans ses diverses sensibilités

10.000 €

de prêt pour chaque jeune
de 16-25 ans

x 2

Doubler le budget de l’économie
sociale et solidaire 

Jours
Heures
Minutes
Secondes

Jean-Sabastien De Casalta

Les Corses auront à faire un choix important pour leur avenir lors des prochaines élections territoriales.
Réjouissons-nous de partager l’enthousiasme d’une nouvelle espérance : celle de notre capacité collective à porter un projet clair et cohérent pour le bien de notre communauté.
Ces quelques semaines vont nourrir un débat légitime et indispensable autour de la confrontation des visions des candidats en lice qui expliqueront leurs propositions et s’efforceront de convaincre.
Il sera question aussi d’analyser le bilan de cette mandature écoulée qui n’aura pas été celui de la concrétisation des promesses d’amélioration de la vie des Corses.
Je me suis engagé en politique guidé par la fidélité à un enracinement familial profond dans les valeurs de la gauche que sont la liberté, la justice sociale et la tolérance.
C’est ainsi que j’ai eu l’honneur de conduire lors du dernier scrutin municipal de Bastia une liste de rassemblement respectueuse des sensibilités qui la composaient au soutien d’un dessein commun.
Animé par une volonté inlassable de dialogue, j’ai recherché en permanence les convergences pour faire réussir cette dynamique de changement et je garde confiance dans le futur qu’il nous appartient d’écrire.
J’ai décidé de ne pas concourir à cette élection territoriale, ayant exprimé la volonté de privilégier mon action au service de Bastia.
D’autres femmes et hommes avec lesquels j’entretiens des affinités d’idées ont toutes les qualités pour y participer.
La Corse nous tend depuis trop longtemps le triste miroir d’une gauche qui a perdu sa vitalité créatrice, ne débat plus, ne se parle presque plus et ne cesse de s’émietter.
Je demeure pour autant persuadé que l’idéal qu’elle porte reste toujours aussi vivace dans les esprits.
La mémoire de son passé porteur d’avancées substantielles pour notre île doit stimuler son exigence du présent.
Des volontés se sont mises à l’œuvre il y a quelques mois pour retisser les liens entre toutes ces fraternités de convictions.
J’y ai apporté ma modeste contribution.
La poursuite obstinée de cette entreprise essentielle nous oblige.
Notre famille politique aura à s’ouvrir à tous ceux qui aspirent à construire dans la conscience de ce que nous sommes un destin apaisé sur le socle d’un progrès partagé.
Jean Charles Orsucci, pétri des valeurs du socialisme rocardien, s’est assigné la tâche courageuse et ambitieuse de porter le souffle du regroupement des énergies positives pour contribuer à une société Corse soucieuse de favoriser la réussite de notre jeunesse, plus juste socialement, protectrice de notre identité et de notre environnement et répondant aux urgences économiques.
L’équité et la proximité dans la relation avec les territoires, la réalisation d’aménagements structurants (pour exemple l’hôpital de Bastia, la construction du port de la Carbonite), la mise en route pressante d’une politique durable des déchets, la rénovation énergétique des logements seront également au cœur de ses préoccupations.
Il a montré toute l’étendue de ses qualités de visionnaire et de gestionnaire dans l’administration de sa commune de Bonifacio et son inclination naturelle à servir l’intérêt général.
C’est au nom de son attachement à toutes ces idées et de la confiance en son expérience de la chose publique que j’apporte mon soutien à Jean Charles Orsucci et à ses colistiers qui forment une équipe riche de compétences variées.

Les adversaires qu’il convient de vaincre sont :

  • La glorification des dogmes 

  • L’inaptitude à décider et à agir sur le réel

  • Le centralisme seigneurial de la collectivité de Corse préjudiciant aux territoires

  • Le défaut de maitrise budgétaire entrainant la compression des dépenses sociales et des investissements

  • L’opacité dans la distribution de l’argent public

  • L’incapacité à cimenter la construction d’un rapport vertueux avec l’État

Ils sont les visages de la défaillance d’une gouvernance nationaliste dont même ses alliés politiques et nombre de militants historiques se font les procureurs.
En même temps, il faut nous mobiliser pour relever les défis démocratiques majeurs aggravés par les tensions et les inégalités – amplifiées par la crise sanitaire – qui menacent sérieusement notre contrat social.

Lutter contre ces risques de délitement, c’est lutter contre :

  • Les déterminismes sociaux et son cortège de souffrances et d’exclusions

  • La cherté de la vie qui pénalise les plus vulnérables

  • Les monopoles notamment dans les domaines des carburants et du secteur alimentaire

  • Les agressions de notre patrimoine naturel et environnemental

  • La gestion erratique du traitement des déchets ménagers

  • La faiblesse de notre tissu productif

Des mesures correctrices urgentes s’imposent.
Cette nouvelle majorité devra grâce au dynamisme et à l’intelligence de ses ressources humaines s’employer à bâtir cette Corse solidaire, progressiste et moderne dont nous avons besoin.
La liste portée par Jean Charles Orsucci a vocation à incarner cette impérieuse action collective.

Jean-Sebastien De Casalta

Les Corses auront à faire un choix important pour leur avenir lors des prochaines élections territoriales.

Réjouissons-nous de partager l’enthousiasme d’une nouvelle espérance : celle de notre capacité collective à porter un projet clair et cohérent pour le bien de notre communauté.

Ces quelques semaines vont nourrir un débat légitime et indispensable autour de la confrontation des visions des candidats en lice qui expliqueront leurs propositions et s’efforceront de convaincre.

Il sera question aussi d’analyser le bilan de cette mandature écoulée qui n’aura pas été celui de la concrétisation des promesses d’amélioration de la vie des Corses.

Je me suis engagé en politique guidé par la fidélité à un enracinement familial profond dans les valeurs de la gauche que sont la liberté, la justice sociale et la tolérance.

C’est ainsi que j’ai eu l’honneur de conduire lors du dernier scrutin municipal de Bastia une liste de rassemblement respectueuse des sensibilités qui la composaient au soutien d’un dessein commun.

Animé par une volonté inlassable de dialogue, j’ai recherché en permanence les convergences pour faire réussir cette dynamique de changement et je garde confiance dans le futur qu’il nous appartient d’écrire.

J’ai décidé de ne pas concourir à cette élection territoriale, ayant exprimé la volonté de privilégier mon action au service de Bastia.

D’autres femmes et hommes avec lesquels j’entretiens des affinités d’idées ont toutes les qualités pour y participer.

La Corse nous tend depuis trop longtemps le triste miroir d’une gauche qui a perdu sa vitalité créatrice, ne débat plus, ne se parle presque plus et ne cesse de s’émietter.

Je demeure pour autant persuadé que l’idéal qu’elle porte reste toujours aussi vivace dans les esprits.

La mémoire de son passé porteur d’avancées substantielles pour notre île doit stimuler son exigence du présent.

Des volontés se sont mises à l’œuvre il y a quelques mois pour retisser les liens entre toutes ces fraternités de convictions.

J’y ai apporté ma modeste contribution.

La poursuite obstinée de cette entreprise essentielle nous oblige.

Notre famille politique aura à s’ouvrir à tous ceux qui aspirent à construire dans la conscience de ce que nous sommes un destin apaisé sur le socle d’un progrès partagé.

Jean Charles Orsucci, pétri des valeurs du socialisme rocardien, s’est assigné la tâche courageuse et ambitieuse de porter le souffle du regroupement des énergies positives pour contribuer à une société Corse soucieuse de favoriser la réussite de notre jeunesse, plus juste socialement, protectrice de notre identité et de notre environnement et répondant aux urgences économiques.

L’équité et la proximité dans la relation avec les territoires, la réalisation d’aménagements structurants (pour exemple l’hôpital de Bastia, la construction du port de la Carbonite), la mise en route pressante d’une politique durable des déchets, la rénovation énergétique des logements seront également au cœur de ses préoccupations.

Il a montré toute l’étendue de ses qualités de visionnaire et de gestionnaire dans l’administration de sa commune de Bonifacio et son inclination naturelle à servir l’intérêt général.

C’est au nom de son attachement à toutes ces idées et de la confiance en son expérience de la chose publique que j’apporte mon soutien à Jean Charles Orsucci et à ses colistiers qui forment une équipe riche de compétences variées.

Les adversaires qu’il convient de vaincre sont :

  • La glorification des dogmes 

  • L’inaptitude à décider et à agir sur le réel

  • Le centralisme seigneurial de la collectivité de Corse préjudiciant aux territoires

  • Le défaut de maitrise budgétaire entrainant la compression des dépenses sociales et des investissements

  • L’opacité dans la distribution de l’argent public

  • L’incapacité à cimenter la construction d’un rapport vertueux avec l’État

Ils sont les visages de la défaillance d’une gouvernance nationaliste dont même ses alliés politiques et nombre de militants historiques se font les procureurs.

En même temps, il faut nous mobiliser pour relever les défis démocratiques majeurs aggravés par les tensions et les inégalités – amplifiées par la crise sanitaire – qui menacent sérieusement notre contrat social.

Lutter contre ces risques de délitement, c’est lutter contre :

  • Les déterminismes sociaux et son cortège de souffrances et d’exclusions

  • La cherté de la vie qui pénalise les plus vulnérables

  • Les monopoles notamment dans les domaines des carburants et du secteur alimentaire

  • Les agressions de notre patrimoine naturel et environnemental

  • La gestion erratique du traitement des déchets ménagers

  • La faiblesse de notre tissu productif

Des mesures correctrices urgentes s’imposent.

Cette nouvelle majorité devra grâce au dynamisme et à l’intelligence de ses ressources humaines s’employer à bâtir cette Corse solidaire, progressiste et moderne dont nous avons besoin.

La liste portée par Jean Charles Orsucci a vocation à incarner cette impérieuse action collective.